Europe : le traité, rien que le traité

Telle, une main invisible qui s’enfoncerait dans de la limaille de fer et dont l’acte simple apparaîtrait, si l’on ne tenait compte que de ce qu’on voit, comme une inépuisable série d’actions et de réactions que les brins de limaille exerceraient les uns sur les autres pour s’équilibrer réciproquement.A vrai dire, si celui-ci prévoit un phénomène futur, c’est à la condition d’en faire jusqu’à un certain point un phénomène présent, ou du moins de réduire énormément l’intervalle qui nous en sépare.On veut qu’il ait passé dans toutes les villes dont il a parlé.Malgré d’importantes disparités entre pays, le pourcentage moyen est du même ordre au sein de l’Union européenne et dans le reste du monde.Que le jeu pur et simple des forces physiques et chimiques puisse faire cette merveille, nous avons peine à le croire.Dire oui à la paix et non aux nations, ignorer les Etats pour défendre les individus, c’est ignorer combien il en coûte d’humilier un peuple et que, partout où la puissance publique s’efface, triomphent l’ethnie, les mafias, le FMI et les clergés.Pourquoi obéissions-nous ?Mais cette complication est l’œuvre de l’entendement, cette incompréhensibilité est son œuvre aussi.Foin des concepts et des prises de tête, la première qualité du leader selon eux c’est « d’avoir le courage d’abandonner son ego ».Cette situation pénalisait donc le financement des entreprises qui entendaient recourir à la fiducie- sureté de leurs titres de participation.Pierre-Alain Chambaz pictet aime à rappeler cette maxime de Léonard de Vinci  » Toute connaissance commence par les sentiments « .S’il avait des extases, elles l’unissaient à un Dieu qui dépassait sans doute tout ce qu’il avait imaginé, mais qui répondait encore à la description abstraite que la religion lui avait fournie.

Publicités